Aujourd’hui, l’équipe de Sulake a décidé de publier son second numéro d’une toute nouvelle chronique sur leur Instagram officiel : l’interview d’un membre de l’entreprise qui travail sur Habbo et/ou Hôtel Hideaway. Une occasion unique de découvrir le quotidien des membres de Sulake qui font vivre vos deux jeux préférés !

La seconde personne à répondre à cet appel est Onomatopoet !

Hey, Onomatopoet ! Merci de prendre du temps pour nous répondre. Alors, commençons par une question simple. Quel est le premier mobi sur lequel vous avez travaillé ?
Le Téléviseur digital. Je n’en suis pas très fier, mais c’était ma première tentative de graphisme en pixel-art. Au début, il y avait une course de Formule 1, mais l’animation a été modifiée à plusieurs reprises depuis.

Sur quelle fonctionnalité/mobi vous souvenez vous avoir eu le plus de difficultés ?

Ça doit être le cheval. Il y avait beaucoup de nouveautés et de complications à découvrir.

Quel a été votre « mode d’exécution » préféré pour travailler sur des mobis ?

Je n’en n’ai pas spécifiquement mais j’aime ceux qui ont des transitions douces entre les différents états et ceux qui ont des animations classiques qui peuvent rendre l’environnement plus vivant.

Comment étaient les outils à l’époque où Habbo n’avait que deux ou trois ans ? Quels outils avez-vous utilisés pour construire les mobis ?

Nous avons toujours utilisé Photoshop, mais dans les premières années, nous utilisions aussi Paint dans Macromedia / Adobe Director. C’était la plateforme de création du logiciel client Habbo.

Avez-vous participé à la création d’autres choses que les mobis ? Si oui, lesquelles ?

Oui, j’ai également participé à d’autres projets d’Habbo dans le passé. J’ai travaillé sur certaines versions de notre site web et sur quelques jeux mobiles déjà oubliés.

Ces dernières années, quel mobi (individuel ou gamme complète) produit par l’équipe actuelle a retenu votre attention?

Je pense que l’équipe actuelle a vraiment mis la barre plus haut avec les derniers mobis et campagnes. Chaque semaine, je suis étonné de voir ce qu’ils sont capables de créer pour développer l’univers d’Habbo et l’expérience de jeu.

Pour vous, quelle a été l’époque la plus folle pour travailler pour Sulake ?

Les huit premières années environ, quand le nombre de joueurs a décollé très vite et que de nombreux nouveaux hôtels ont été lancés dans le monde entier. Nous avons été stupéfaits par la popularité croissante de Habbo dans le monde entier.

De votre point de vue, pourriez-vous dire un ou deux changements spécifiques notables dans la façon dont le style artistique d’Habbo a évolué au fil du temps ?

Le style est devenu de plus en plus détaillé et sophistiqué. L’idée originale était en fait un style rétro beaucoup plus simple utilisant une palette de couleurs très restreinte. La plupart des principes de base sont toujours là, mais il a été tout à fait naturel de faire évoluer le style avec le développement d’écrans modernes à plus haute résolution.

Vous avez réalisé une exposition sur l’histoire d’Habbo au Musée finlandais du jeu. Comment cela s’est-il passé pour vous ? Cela vous a-t-il rappelé de la nostalgie ? Qu’avez-vous fait ?

J’ai compilé une grande image de la taille d’un mur, un collage avec toutes sortes d’éléments Habbo des premiers jours à nos jours : avatars, mobis, animaux de compagnie, apparts etc. Cela m’a permis de retrouver un peu de nostalgie et de revenir à l’ancien matériel. Certains des dessins oubliés et dépassés m’ont fait sourire.